Préparer le NaNoWriMo : le kit de l’auteur

Le NaNoWriMo, c’est dans 8 jours !

C’est bon ? Vous stressez ?

Si vous ne participez pas au NaNoWriMo, j’imagine que non. Et si aujourd’hui encore, vous ignorez ce qu’est le NaNoWriMo, cliquez ici.

Le 1er novembre se rapproche à grand pas et comme plus de 400 000 participants, je me prépare pour ce mois particulier. Voici donc mon kit personnel d’écriture pour le NaNoWriMo 2017. Vous y trouverez peut-être l’élément qui manque à votre propre kit. C’est parti !

Le Kit de l’auteur pour le NaNoWriMo

Avant l’écriture

 

  • Afin de mieux cerner le concept du NaNo, je vous conseille très fortement de vous procurer l’ouvrage du fondateur du nanowrimo : Chris Baty. Un livre où il vous explique toutes les étapes avant/pendant/après le défi. Chaque semaine de ce mois y est décrite avec précision. Baty ne cesse de nous motiver à chaque page pour nous inciter à sauter le pas (à écrire avant tout). Pour retrouver le livre, cliquez ici

 

  • Si vous souhaitez vous mêler à la communauté du nano, rien de mieux que vous de vous inscrire sur le site officiel www.nanowrimo.org et d’aller faire un tour sur le site de la communauté française Wrimos. Vous pourrez en apprendre plus sur le fonctionnement du site officiel (tout en anglais) et faire la connaissance d’autres nanoteurs (la page Facebook est active).

 

  • Chose importante : choisir un environnement propice à l’écriture. Une table bien éclairée, un bureau dégagé ou encore un canapé avec éventuellement ce qu’on appelle « une table de lit », support surélevé permettant de poser un ordinateur portable ou un carnet de notes à hauteur idéale. Je m’en suis procuré un cet été, je valide. (j’ai acheté celui-là). Personnellement, je préfère un bon bureau d’écriture, un siège confortable (mais pas trop) dans une pièce bien éclairée (mais pas trop).

 

  • NaNo Prep : en octobre, c’est le moment de préparer ses outils pour cette aventure de 30 jours. Hélas, il n’est pas possible de se couper du monde pendant un mois sans rien dire à personne. Parce qu’on a un boulot, un(e) conjoint(e), des enfants, des amis, de la famille, dur de ne pas anticiper novembre sans s’organiser un minimum. Si vous ne vivez pas seul, parlez du nanowrimo avec vos proches. Dites-leur que vous aimeriez consacrer du temps à votre passion de manière (peut-être) plus intensive qu’à l’accoutumée. N’en oubliez pas pour autant de garder du temps avec vos proches. Faire une pause ne vous empêchera pas d’avancer, bien au contraire.

 

  • Pour continuer sur les préparatifs, il peut être judicieux de vous prévoir un planning des 4 prochaines semaines. Un calendrier clair sur lequel vous pourrez noter les créneaux journaliers durant lesquels vous consacrerez votre temps à l’écriture. Vous pouvez créer le vôtre à partir de Word ou d’Excel facilement. J’ai créé le mien en moins de 10 minutes, il est disponible juste en dessous en plus d’un tableur Excel vous permettant d’actualiser votre total de mots quotidiennement et réunissant tout un tas de statistiques. Un petit pack que je vous offre, vous n’avez qu’à vous abonner pour le recevoir dans votre boite mail !
  • Prévoir un bon support d’écriture. Bon évidemment avec un ordinateur, pas besoin d’autre chose encore que… (repose poignets, filtre d’écran pour réduire la fatigue oculaire). Si vous écrivez sur papier (déjà, respect parce que pour comptabiliser le nombre de mots manuscrits… ^^), il faudra prévoir … du papier, oui. Feuilles ou carnets de note, stylos (en prévoir plusieurs, on sait jamais).

Pendant vos sessions d’écriture

 

  • COUPER TOUT. J’entends par là : pas de téléphone, encore moins de télévision, pas de Facebook/Twitter/… Toutes ces distractions qui ont tendance à nous voler du « temps de cerveau disponible » => OFF. Ça peut être difficile parfois, c’est pourquoi…

 

  • … munissez-vous d’un minuteur. Pourquoi ? La méthode dite Pomodoro (de la tomate). Elle consiste à se fixer un temps de travail de 25min puis de faire une pause de 5min avant de reprendre ce même rythme autant de fois que voulu. L’intérêt de la chose : nous obliger à nous consacrer uniquement à l’écriture. Ce temps donné établi au préalable aide notre esprit à nous concentrer et à travailler : je sais que dans 25 minutes, je pourrai souffler, allez je m’y mets !
    Ces sessions peuvent être allongées ou raccourcies selon chacun. Selon moi, 25 minutes me semblent très peu lorsque l’on est en pleine écriture, passer la durée à 30/40 minutes peut être plus intéressant. Cette méthode Pomodoro est judicieuse dans l’éventualité où vous seriez bloqué dans l’écriture et où le simple fait de devoir se mettre à votre bureau vous rebuterait (vous savez bien, la fameuse procrastination). Elle peut aussi en stresser certains dans leur concentration. À tester en amont du nano donc.

 

pomodoro kit

 

  • N’hésitez pas à vous préparer de quoi grignoter et de quoi boire durant vos sessions (ou durant vos fameuses pauses de Pomodoro). Thé, café, soda, fruits secs, barres énergisantes. On croirait lire des conseils pour sportifs mais l’écriture est un art tout autant qu’un sport (qui n’a jamais été fatigué mentalement après une longue session ?). Écrire peut parfois épuiser, tant on se donne à fond. Boire et manger régénère le corps autant que l’esprit.
    Attention tout de même : évitez la nourriture grasse, ça ne fait pas bon ménage avec un clavier d’ordinateur, les feuilles de papier ou un stylo.

 

  • Museler son « éditeur intérieur« . Lorsque l’on écrit, on a parfois tendance à vouloir écrire son roman final dès le premier jet. Écrire la phrase parfaite, le mot exact, ce qui peut nuire à « l’élan d’écriture », ce moment d’inspiration où les mots s’écrivent presque tout seuls. Vous aurez toujours le temps de changer tel ou tel mot à la correction/relecture. Personnellement, je suis ce conseil à moitié. Lorsqu’il s’agit d’un simple mot de vocabulaire, un verbe qui ne me revient plus ou une phrase qui ne sort pas comme je l’aimerais, je laisse mon éditeur intérieur de côté, préférant privilégier l’avancée de l’écriture. Mais quand le problème est plus complexe, j’essaie de m’y attarder un tant soit peu avant de continuer.

 

  • Pour certains, écouter de la musique en écrivant est impossible (déconcentration, perturbation), pour d’autres (je suis de ceux-là) avoir de la musique dans les oreilles est quasiment obligatoire. Personnellement, j’écoute principalement des bandes originales de films ou de séries ou encore des chansons en anglais. J’ai beaucoup de mal avec les chansons francophones, le cerveau a tendance à se concentrer sur les paroles que l’on comprend instantanément, ce qui rend l’écriture très difficile (comme le fait de tenir une conversation avec quelqu’un en écrivant). Des sites comme Spotify, Soundcloud ou Deezer (j’utilise ce dernier en premium) sont très bien conçus. On pourrait également penser à Youtube, mais attention on a vite tendance à cliquer sur d’autres vidéos et à se laisser déconcentrer.

 

  • Enfin, un point primordial : le logiciel d’écriture. Outre le classique Word (payant), existent également OpenOffice et LibreOffice (gratuits). Je ne suis pas fan de leur interface mais ils ont le mérite d’exister et d’être libres. J’ai également testé FocusWriter (gratuit) pour le nanowrimo de 2016. Un logiciel très épuré qui, comme son nom l’indique, se focalise sur l’écriture et rien d’autre. Il permet de cacher la barre des tâches et n’affiche que le traitement de textes, une barre d’outils est accessible en haut mais seulement lorsque l’on pointe la souris dessus. Idem pour le compteur de mots en bas de page. Il permet de déterminer un objectif journalier de mots ou par session, ce qui peut être intéressant pour un événement comme le nanowrimo. Un super article lui est consacré sur le blog Monde de Fantasy de Zahardonia, cliquez ici pour en savoir plus.

Vient ensuite la « triade scri- » : Scrivener, Scribbook et Scribay.

  • Scrivener : logiciel d’aide à l’écriture extrêmement complet (payant), je l’ai découvert suite à mon premier nano en 2015. Il est possible de créer des projets au sein desquels on peut diviser son récit en chapitre. Le rangement sous forme d’arborescence est très pratique et permet de classer chapitres, fiches personnages, lieux, résumés, etc selon notre bon plaisir. Il s’applique également très bien aux blogueurs ou pour n’importe quel autre projet qui demande de l’organisation. Je ne saurais trop m’étendre sur le sujet car Scrivener est une mine d’or qu’il convient d’explorer par soi-même. Notez qu’il existe une version d’essai gratuite. Voici un article parlant de Scrivener plus en détails sur le blog de Guy Morant.
  • Scribbook : outil d’aide à l’écriture en ligne, Scribbook est encore en version bêta mais connaît un engouement croissant au sein de la communauté littéraire. Son concepteur, lui-même auteur, l’a conçu pour venir en aide aux auteurs experts ou débutants voulant améliorer la structure de leurs écrits. Canevas (notamment un conçu pour… le nanowrimo, tiens !), méthodes d’écriture, il a beaucoup de points communs avec Scrivener mais a l’avantage d’être créé en français natif, un gros plus pour les anglophobes. Il a également l’avantage d’être utilisable en ligne ET hors ligne, pratique quand on n’a pas de connexion à portée. Là aussi, un article plus complet étant de rigueur, je vous renvoie vers celui de Marièke qui en parle ici.
  • Scribay : plate-forme conçue à l’origine sur un concept proche de celui de Wattpad, Scribay est à la fois une aide à l’écriture où l’on peut publier ses textes, répondre à des défis lancés par d’autres membres mais aussi discuter avec le reste de la communauté, un peu à la manière des forums d’il y a 10-15 ans et qui sont aujourd’hui laissés pour compte au profit des Facebook et Twitter (ce qui est dommage). Depuis peu, Scribay s’est doté d’une version premium dans laquelle l’aide à l’écriture d’un roman est beaucoup plus poussée et personnalisable. Il est possible de tester la version premium durant un mois. On m’a également approché afin de la tester et d’en faire un retour, ce que je ne manquerai pas de faire, une fois le nano passé. Prometteuse, cette version premium se veut proche du système de Scribbook. Je vous dirai ce que j’en pense !

 

Chaque auteur a une manière d’aborder l’écriture, il en va de même pour ce kit. Certains éléments ne conviendront pas à tout le monde et les méthodes d’autres auteurs pourraient ne pas me correspondre. Écrire sur papier un roman entier, j’aurai beaucoup de mal par exemple. J’espère que cette liste non-exhaustive vous aidera, n’hésitez pas à piocher dedans ce qui vous plaît et à laisser de côté ce que vous aimez. Partagez dans les commentaires ci-dessous vos avis… et vos conseils aussi !

Je vous dis bonne chance pour le NaNoWriMo et à bientôt pour un nouvel article !

 

 

Denis Vergnaud

Cet article t'a plu ? Alors n'hésite pas à le partager sur le réseau social de ton choix. Bonne visite et merci de me suivre !

2 Commentaires

    • Merci Nathalie ! 🙂 à toi aussi !
      On se retrouve de l’autre côté comme on dit 😉

Laisser un commentaire