Secrets d’auteur | Habitudes & astuces

Oyé camarades,

Aujourd’hui, je vous propose un petit article tout petit, tout gentil, tout mignon.

Je me suis souvent demandé comment les auteurs écrivaient, dans quelles conditions, à quelle fréquence, quelles étaient leurs habitudes, etc.

Alors maintenant que je peux me vanter d’avoir publié un livre ( 😛 ), je vais vous donner mes petits trucs d’auteur, si humbles soient-ils. Si vous avez lu ma première interview réalisée par Marieke du blog Mécanismes d’Histoires, certaines choses devraient vous être familières 🙂

– J’écris toujours sur une table, un bureau. Par le passé, j’ai tenté dans le lit et je ne suis pas du tout à l’aise. Sur le canapé, non plus. Un bon siège devant une table, y’a que ça de vrai !

– Il y a toujours à boire près du lieu où j’écris : thé, soda. La bouteille d’eau est, elle, toujours là quoiqu’il arrive. Bon et bière parfois, je l’admets.

– C’est en soirée que je suis le plus prolifique. La nuit est également un moment où l’inspiration peut venir facilement. Mais attention à l’accumulation de fatigue de la journée. Le matin peut aussi être une bonne période, l’esprit est encore frais.

– Il y a toujours de la musique dans mes oreilles durant une session d’écriture. J’ai vraiment beaucoup de mal à écrire de façon prolifique dans le silence. Pour info, j’ai mis à votre disposition une petite playlist des musiques que j’écoute en écrivant à la fin de mon roman (papier et ebook).

– J’ai écrit l’Ombre du Titan sur Word comme tous mes textes jusqu’à présent, mais je migre peu à peu vers Scrivener. C’est un logiciel de traitement de textes un peu plus «complet» que Word. Il permet entre autres de classer ses textes dans des dossiers et sous-dossiers mais aussi d’avoir accès en parallèle à plusieurs textes. Je le découvre encore et je suis très loin d’en avoir compris tous les rouages. Mais je pense que j’écrirai le prochain tome via ce logiciel. J’essaierai de vous en reparler quand j’aurai dompté la bête.

– En général, j’essaie d’écrire par session de 30 minutes minimum et allant jusqu’à 3 heures d’affilée. En moyenne, j’écris par tranche d’une heure lorsque c’est possible. Une demi-heure, c’est vraiment le minimum pour pouvoir entrer correctement dans un texte et son univers. Pendant le NaNoWriMo, il m’est arrivé d’écrire jusqu’à 3h30 par jour, c’est un rythme très fatiguant que je ne pourrais pas reproduire sur toute  une année.cheers-839865_1920

– Pour écrire mon roman, j’ai toujours gardé mon carnet (et mon plan) sous les yeux, juste devant mon ordinateur portable (mon support d’écriture). À chaque nouvelle scène, je pouvais m’y référer si besoin sans que cela ne soit automatique.

– Une autre chose qui est devenue une habitude et une astuce au cours du NaNo, ne pas baisser les bras en cas de syndrome de la page blanche. J’ai eu plusieurs fois des pannes sèches. Mais plutôt que de me dire «tant pis, j’écrirai demain», je restais devant mon ordi, quitte à ne rien faire pendant 30min. C’était mon créneau d’écriture pendant le NaNo, je ne devais pas faire autre chose. Quitte à perdre mon temps. Si l’inspiration ne venait pas, je prenais le temps de relire mon plan, de lire plus avant les scènes qui allaient suivre. En général, cela me permettait d’imaginer la suite et donc de réussir à débloquer la situation. Je me motivais à écrire une scène A pour pouvoir arriver à la scène B que j’attendais avec impatience. Et oui, on ne prend pas le même plaisir à écrire toutes les scènes d’un livre.

– En plus de mon logiciel d’écriture, je fais en sorte de me focaliser sur … l’écriture, donc pas de réseaux sociaux, etc. Mais! Pour autant, j’ai quand même mon navigateur internet ouvert avec quelques onglets servant de support/aide : Deezer, Synonymo (très utile!), Lexilogos (et son génial convertisseur de distances) et Wiktionnaire (pour avoir un dico «sous la main»).

Voilà donc pour les quelques petits trucs que j’utilise pour écrire. Et vous, quels sont les vôtres ? Certains de mes points vous parlent-ils ? Ou au contraire, certains vous semblent-ils totalement fous ? Dites-moi tout en commentaire 🙂

On se retrouve prochainement pour un article sur la création d’un univers Fantasy ! De belles choses à raconter pour sûr !

Si vous êtes intéressé par mon premier roman La Sève du Pouvoir, c’est par ici que ça se passe : lien cliquable vers l’Ombre du Titan.

Je vous dis donc à bientôt chers camarades !

Denis Vergnaud.

8 réflexions sur “Secrets d’auteur | Habitudes & astuces

  1. Bonjour !

    En lisant cet article, j’ai eu l’impression de lire mes propres habitudes d’écriture. C’est très étrange ! Si parfois, je n’ai pas toujours une boisson ou de la musique sur moi, je trouve beaucoup de points communs dans ma façon de travailler. Cela correspond plus à la période du dernier roman sur lequel j’ai travaillé à celui que j’écris en ce moment, je commence à avoir une petite routine d’écriture !
    Et seul autre point un peu différent, mon timing d’écriture est d’une heure par jour, car il me permet d’atteindre sans problème les mille mots que j’ai comme objectif (parfois, si je suis en forme, je le dépasse), mais il est vrai que, quand une session d’écriture dure plus de trois heures, le rythme commence à être fatigant. Mais qu’est-ce qu’on est content de notre avancée après coup !

    1. Bonjour Caroline 🙂

      Je trouve ça cool qu’on est des choses en commun, comme quoi il ne faut pas aller chercher bien loin.

      Au plaisir de te revoir par ici !

  2. Avec quelques mois de recul à peine à mon compte, je dois dire que je n’ai pas tout à fait la même façon de procéder. Je partage le fait d’être devant une table ou un bureau et de boire un thé chaud ou un sirop rafraîchissant, mais j’ai du mal à me concentrer avec de la musique. Rares sont les scènes qui ont été écrites avec un fond sonore, j’ai beaucoup de mal à me concentrer sur deux choses à la fois et écouter et écrire en même temps, c’est trop me demander.

    J’écris à toute heure du jour, mais rarement la nuit (que je préfère passer à dormir), en revanche j’écris beaucoup plus en automne/hiver qu’aux beaux jours où j’ai plus de mal à me concentrer (et si le soleil pointe le bout de son nez il m’est impossible de rester enfermée). La pluie et l’orage m’inspirent plus que le ciel bleu. Je ne suis pas très régulière au quotidien, ne m’imposant pas un quota de mot ou de temps à écrire par jour. Je fonctionne mieux par phases : quelques jours où je laisse divaguer mon esprit pour piocher des idées ici et là, puis quelques jours de rédaction intensive. Ainsi j’ai du mal à n’écrire qu’une demie heure ou une heure au quotidien. Quand j’écris c’est souvent sur une demie journée ou une journée entière, plusieurs heures d’affilées. Ce sont d’avantage les phases de relecture, correction, remaniement qui sont régulières où je modifie de petites choses sans pour autant apporter d’éléments majeurs au texte. Ce fonctionnement s’adapte mieux à mon métier où certaines journées plus chargées que d’autres ne m’autorisent pas la vivacité d’esprit et la concentration nécessaires pour écrire. A côté je m’organise un ou deux Nano par an pour faire avancer un peu plus rapidement les choses.

    1. Oyé Meriadoc

      Laisser divaguer son esprit durant quelques jours n’est pas forcément un mal. Ecrire tous les jours, toute l’année, je pense que cela peut agir sur la qualité ou la pertinence de certains passages. Ecrire régulièrement oui mais peut-être pas tout le temps non plus 🙂
      Participer au NaNo pour booster sa progression, je ne peux que plussoyer 😉

      Bonne continuation à toi dans ton projet !

  3. Coucou !
    Très intéressant, ces différentes habitudes. 😉
    Moi, au début je n’écrivais qu’à ma « table d’écrivain » (un vieux secrétaire que j’ai retapé moi même) et de façon irrégulière. Mais je me suis calée 4 demi-journées d’écriture dans la semaine (les matins) et depuis que je m’y tiens, j’arrive à assurer mes 1667 mots minimum par session (l’objectif Nano me va comme un gant) n’importe où que je me trouve.
    Pour cela il me suffit d’avoir mon ordi et Scrivener. Je ne pourrais plus m’en passer aujourd’hui. ♡
    Aussi je t’encourage à apprivoiser la bête, Denis, tu ne le regretteras pas.
    Pas de musique pour moi, boîte mail fermée et portable sur silencieux. 🙂
    Bonne écriture à tous, je vais justement m’y mettre, là. 😉

    1. Salut Nathalie 🙂

      Justement, j’ai commencé à rénover un vieux bureau aussi il y a quelques temps. Il est sensé devenir mon nouveau support d’écriture, je pourrai peut-être vous le montrer une fois terminé !
      Concernant Scrivener, j’avance, j’avance ! Et pour le compléter, je compte bien choper Antidote d’ici à la fin de l’année. Duo gagnant !

      Bonne écriture, bonne continuation et au plaisir de te lire 🙂

  4. Hey 😀

    Beaucoup de similitudes dans nos façons de travailler, cher collègue 😉 Sauf dans nos réactions respectives face à la panne sèche. Si la technique de la ré-immersion dans l’ambiance du roman par la relecture de mon plan/de mes idées ne fonctionne pas, je préfère arrêter une demi-heure/une heure et me consacrer à une activité qui fasse lâcher prise à mon cerveau en faisant plutôt travailler mon corps (découverte de nouveaux endroits dans les villes que je traverse, promenade dans la nature, natation…). Le répit ainsi laissé à mon esprit me donne ensuite une vigueur nouvelle quand je retourne à ma table de travail.

    Je suis curieuxse de ton retour d’expérience sur Scrivener quand tu auras testé 😉

    En attendant, puisse Dame Inspiration t’être favorable !

    1. Bonjour Christouille,

      Chacun a sa méthode pour lutter contre la panne et je dois dire que certaines fois, comme toi, je lâche l’affaire pour me changer l’idée. Mais effectivement en règle générale je n’en démords pas 🙂

      Je ferai un retour oui, d’ici quelques temps 😉

      À bientôt et bonne écriture à toi !

Laisser un commentaire