J’ai rêvé que j’étais astronaute

NB : article écrit sur fond de Cornfield Chase – Hans Zimmer

Oyés camarades,

Récemment, j’ai eu l’occasion de discuter avec un ami d’un film qui m’a profondément marqué : Interstellar de Christopher Nolan. Si vous aimez la science-fiction et les films où il faut s’accrocher et réfléchir, Interstellar est ce qu’il vous faut.

La nuit suivante, j’ai fait un rêve fortement inspiré du film et où mon ami et moi étions devenus des astronautes à la conquête de l’espace-temps. Et au réveil, ce songe m’avait tellement marqué qu’il a fallu que je le raconte à mon ami.

C’est le meilleur cinéma qui existe !

Quand il m’a dit ça, je n’ai pas pu m’empêcher de m’arrêter sur la question.

Je ne m’attarderai pas ici sur le point de vue scientifique sur les rêves pour me concentrer sur ce qui nous intéresse : le pouvoir des rêves.

planet-581239Quand on rêve, on lâche prise, on se laisse tomber dans les limbes dans notre esprit et c’est là, lorsque nous décrochons de la réalité physique que le carburant de l’auteur prend le pouvoir. J’ai bien sûr nommé l’IMAGINATION. On ne sait jamais vraiment quand cela commence, ni quand cela finit car le temps qui s’écoule dans un rêve n’est qu’un élément flou parmi tant d’autres. Notre rêve peut se réaliser (comme un film) et se dérouler sur quelques minutes comme il peut s’étendre à des années voire davantage. Dans mon rêve par exemple, moi et mon ami traversions la galaxie et grâce à un trou de verre, nous nous sommes retrouvés sur Terre mais en 1888, avant de terminer notre voyage stellaire en 2438 sur une terre complètement bouleversée (plus j’en parle et plus je me dis que ce rêve pourrait faire être écrit) !

Dans un rêve, le temps n’est qu’une illusion, un matériau qu’on écrase ou qu’on étend à sa guise pour l’utiliser à sa guise. Enfin quand je dis « on », je devrai plutôt dire notre imagination (qu’on peut mêler au subconscient peut-être ? mais trêve de science par ici…). Je pense alors à un autre film, beaucoup plus porté sur la notion de rêve : Inception de… tiens, Christopher Nolan. Un réalisateur qui aime faire réfléchir le spectateur dans tous ses films.

À partir de là, je me suis penché sur la question des rêves dans la vie d’un auteur. L’imagination est un outil indispensable à l’écriture, sans elle impossible d’inventer, d’imaginer et cela vaut pour bon nombre de professions. Nous rêvons tous et des études montrent que de nombreuses espèces animales rêvent également (dauphins, chiens, primates, etc.), cela implique alors que tous, nous sommes doués d’imagination. Non ? Bon évidemment dans une moindre mesure pour les autres espèces animales (encore que). De ce constat, une question m’est venue : si l’imagination est sans limites, l’homme en a-t-il ? Sommes-nous condamnés à rester prisonniers de notre enveloppe charnelle alors que notre esprit semble si affamé d’infini ?

interstellar_movie_still_2Les rêves représentent bien des choses différentes. Tantôt des choses insignifiantes, tantôt des histoires grandioses qui restent gravées dans votre mémoire même après votre réveil, chose rare. Ils symbolisent nos goûts et nos rejets, ce que nous aimons et détestons, se servent de nos souvenirs entremêlés pour créer un univers fantastique. Ils sont parfois ce que nous souhaitons faire (ou ne pas faire) ou ce que nous regrettons. Dans mon roman, il y a une scène où l’un des personnages principaux se retrouve au milieu d’un rêve mêlé d’hallucinations. Il y retrouve tous ses remords, toutes ses peines et ses angoisses. Cette scène, je l’ai écrite avec une certaine facilité. Je pense que c’est dû au rêve. En écrivant ces lignes, je me suis alors retrouvé à la place que tient l’imagination pendant notre sommeil, j’avais toutes les cartes du jeu en main et je n’avais qu’à écrire ce qui me chantait. D’aucuns diraient qu’on peut se voir comme Dieu dans ce genre de situation.

Récemment, j’ai également eu la chance de faire la bêta-lecture d’une nouvelle de Nathalie Bagadey (blog par ICI) intitulée Dans tes rêves ! Cette lecture m’a encore conforté dans l’idée que les rêves peuvent être le summum de la liberté pour un auteur. Aucun mur pour nous limiter, aucune entrave. Juste le plaisir d’écrire. Une parenthèse dans le récit. Mais libre à vous de vous forger votre propre idée sur la question.

Ecrire un rêve est quelque chose de tout à fait particulier. Rien ne nous oblige à garder le même rythme/ton que dans le reste du récit, les limites du réel (ou de la cohérence de votre histoire) n’ont plus lieu d’être et votre seule limite devient l’imagination du lecteur. Et celle-ci n’est-elle pas la même que la vôtre, sans fin ?

On entend souvent dire que l’imagination est une qualité. On dit aussi qu’un auteur n’est rien sans imagination. Mais comme pour toute chose, cela s’entretient.

  • Enfant, elle était pour moi un moyen de m’évader dans le jardin de mes parents, de voir dans ma main une épée à la place du bâton, de voir une forteresse gigantesque à la place du jardin.
  • Aujourd’hui, je m’en sers comme un terreau dans lequel je plante mes idées et mes personnages et duquel émergent une histoire, une scène ou une musique de mots.

La nuit, je la libère de ses chaînes et la laisse errer au gré de ses envies. Parfois elle me ramène dans mon quotidien au milieu des personnes que je connais, parfois je me réveille sans me souvenir du moindre songe.

Et d’autres fois encore, elle m’emmène aux confins de l’espace et du temps. Et elle fait de moi un astronaute.

L’imagination est mon studio de cinéma préféré et jamais je ne voudrai m’en séparer.

 

3 réflexions sur “J’ai rêvé que j’étais astronaute

  1. C’est vrai, beaucoup de films sont issus de rêves. Il n’y a pas que les Muses qui nous inspirent, Morphée amène lui aussi le message divin qu’est l’inspiration ! 🙂

  2. Très joli article 🙂 . Personnellement, il m’arrive aussi de rêver… en plein jour (quoique j’ai de moins en moins de temps pour cela) et c’est souvent dans ces rêveries que je puise l’inspiration pour mes textes.
    En tout cas, c’est chouette de te sentir aussi inspiré ! C’est qu’on attend le tome 2, nous ! 😉

    1. Il faut faire en sorte de garder du temps de cerveau disponible pour continuer à rêver ! Je sais que c’est pas évident et nos vies sont déjà bien remplies mais personnellement j’essaie d’exploiter tous les moments disponibles (sous la douche, trajets en voiture, avant de s’endormir, …. aux toilettes ? ^^).

Laisser un commentaire